Pierre ayant embarqué à bord, c’est à son tour de faire les manips de plancton. Après le prélèvement, on doit filtrer l’échantillon et le faire sécher.

Plancton pierro
Arrivés à Peniscola, c’est Léo qui débarque ! Les adieux avec notre ami qui était là depuis le départ se font après une nuit très courte, les jambes mouillées et un café pas très bon, à l’image de notre humeur. Il rentre en France avec les échantillons de plancton que l’on a effectué depuis le départ, l’avion étant « trop facile », c’est une combinaison stop/covoiturage qui lui permettra de rentrer en moins de 2 jours en Bretagne où il va naviguer sur d’autres embarcations (pour les fans, vous pouvez l’avoir comme moniteur de voile au Club Nautique de la Pointe Saint Gildas).

Plancton stop Léo

La vaisselle, un sujet qui peut être objet de discorde à bord ! Pierre mettra la bonne ambiance dès le matin en la faisant dans le kayak !

vaisselle kayak
Aymeric nous rejoint à proximité de Salou dans une crique déserte, de nuit, sans lumière ni GPS. La marche de 3Km prévue sera plus longue que prévue ! On repart à l’heure dite malgré tout, en direction de Sitges.

Aymeric barre
C’est l’occasion de visiter le fablab de Sitges : le beachlab (http://beachlab.org/), implanté face à la plage, sera le premier lab où on débarquera en maillot de bain ! Initialement, la mairie a interdit que ce lieu soit un « fablab » : obligation de vendre des boissons sur le front de mer. Transformé en hybride fablab / bar, il travaille finalement beaucoup avec la mairie, qui leur commande plein de petits capteurs à un prix nettement inférieur à ceux du commerce. Sitges deviendra peut-être une ville ultra connectée : utile pour le service public local le fab vit de projets intéressants qui ont des répercussions immédiates sur la vie des citoyens. Capteurs de décibels devant les bars prévenant les barmans qu’il y a trop de bruit, thermomètre live donnant la température de l’eau à la plage, etc. Notre contact Francisco est très enthousiasmé par l’idée d’un fab nautique : eux disposent d’une « Marine research unit », un programme qui s’attaque à des problématiques complémentaires aux nôtres !

beachlab SITGES
On repart vers Barcelone au travers (le vent vient du côté du bateau) dans une brise légère : le bateau peut avancer, mais pas de manière très véloce. Voilà les conditions idéales pour tester une nouvelle configuration de voile que l’on a en tête depuis quelques temps ! En plus des voiles habituelles (artimon sur le mât d’artimon, grand-voile et génois/spi sur le mât principal), on peut envoyer un autre foc, capelé sur le mât d’artimon ! On installe un étai textile (câble qui tient le mât par l’avant), une poulie de renvoie, et on peut hisser une voile de 12m2 en plus des 80m2 que notre belle Karukera arbore sous spi ! Cette voile n’est autre que le solent du Daimio, le voilier avec lequel on avait prévu de partir initialement !

nouvelle voile sur Karu!
Arrivés à Barcelone, on a envie de se précipiter vers les chefs d’œuvre de Gaudi, les bars nocturnes de folie, et les délicieux tapas. Mais on patiente un peu : il y a une bonne check-list avant de repartir vers la Corse, notre prochaine étape. Un bon plein des réservoirs pour anticiper la probable pétole sur la route ! Olivier enchainera de nombreuses heures de coutures : renforts sur les zones d’usure du génois, réparation des équipets textiles et autres vides poches qui demandent à être consolidés ! Le kayak a pris une piqure d’oursin et il faut poser une rustine sur son boudin central. Tout ce travail se fait sous le soleil tapant de Barcelone, devant les yachtsmen surpris de nous voir en caleçon manier du serre-joint et de la colle néoprène sur leurs quais luxueux et incroyablement sécurisés !

couture du génois

huile carburant

rustine canoë
Soulagés d’avoir réduit la task-list à son plus strict minimum, on peut partir à l’assaut de cette capitale culturelle. Laura nous rejoindra quelques jours pour profiter des visites avec nous, et Cassandre revient à bord pour nous accompagner pour quelques mois.

Lab-tourisme
Ensembles, on ira visiter le fabCafé (http://fabcafe.com/barcelona/), un lieu hybridant bar, fablab et espace de coworking. Ambiance géniale dans ce lieu où les makers clients boivent en imprimant des pièces en 3D !

fabcafeBCN

C’est aussi l’occasion de visiter le greenlab (http://www.valldaura.net/greenfablab/). Un fablab perdu dans a montagne, sur une propriété de 144Ha ! Pas très bien référencé sur google, il faut prendre un taxi pour y aller : mais l’adresse n’est pas bonne ! Après 1h de taxi, en ayant visiter les vallées alentours, il nous dépose pas trop loin de ce qui semble être notre objectif. Une mission randonnée commence en claquette dans la montagne. Perdus, nous atterrissons dans un restaurant, et résigné appelons Jon du fablab qui vient nous chercher avec son Land-Rover, nécessaire pour la piste qui y mène !

A la recherche du greenlab
On découvre cet endroit incroyable, implanté dans une propriété ayant appartenue à des aristocrates, auparavant terrain de chasse pour les nobles ! Une grande partie de la forêt a été détruite et replantée au 20eme siècle : on distingue clairement les parties de la vallée où se dressent de grands chênes et celles où des pins les ont remplacés ! Le but de ce fablab est de partir à la recherche des solutions durables pour nos modes de vie. Alimentation, énergie, fabrication d’objets domotiques, transport,.. Aucune piste n’est exclue, l’idée est pour le moment de distinguer les priorités. Le lieu sert à la fois de fablab, mais accueille aussi des étudiants en workshop, propose ses chambres sur airBnB, et organise des fiesta à 400 personnes avec DJs pour les étudiants de l’IAAC (l’école qui est couplée au fablab : http://www.iaac.net/).

greenlab 144ha

atelier greenlab

pile bactéries
Après avoir assisté à une joute entre les oies et le chien du lieu, on redescend sur Barcelone : il est temps de finir de préparer le bateau. Une bonne fenêtre météo se dessine : vents modérés, dans la bonne direction. Les routages indiquent moins de 3h de moteur sur toute la traversée : Il faut y aller !

départ BCN3

départBCN 2

départBCN 1

On quitte Barcelone le Dimanche 5 Juillet, en destination du golfe de Porto, sur la côte ouest de la Corse !