Moisoctobre 2015

Canal du Midi : passera, passera pas ?

Karucanal

Arrivés à Palavas-les-Flots, nous retrouvons Alix, qui travaille à Montpellier, et Léo, revenu naviguer quelques semaines. Nous retrouvons aussi un peu du confort des sédentaires : pouvoir prendre autant de douches que l’on veut, profiter du canapé au sec tandis qu’il pleut à verse dehors… D’ailleurs nous avons eu de la chance, ce week-end là des intempéries énormes frappent la région d’Antibes, où nous nous trouvions à peine une semaine plus tôt!

Notre escale à Palavas/Montpellier est l’occasion de rencontrer Bertrand, de MonRdvSanté. Passionné de voile, il nous suit depuis le début du voyage, et nous a préparé plusieurs rendez-vous pour partager notre projet.

Notre premier rendez-vous est à l’Institut St Pierre, établissement d’enfants malades. Devant un petit groupe d’une dizaine d’enfants, nous racontons notre aventure, puis faisons une petite démonstration d’impression 3D. Les questions fusent : « On peut fabriquer tout ce qu’on veut avec ça? Est-ce que vous avez vu des requins? » Nous leur transmettons Escornabot, le petit robot pédagogique donné par l’équipe de Bricolabs, qui a fait le voyage en bateau depuis La Corogne (http://blog.lab-rev.org/escales-en-galice/). Ca tombe bien, nous sommes avec leur professeur d’informatique, qui imagine déjà nombre d’exercices ludiques avec ce support !

Après les petits, au tour des grands enfants ! Direction Polytech Montpellier ! Nous voilà projetés quelques années en arrière, mais cette fois de l’autre côté de l’amphi ! Les étudiants en mécanique et matériaux sont très intéressés par le projet, autant sur le côté technique que sur le côté « aventure », en particulier les petites galères qui font le quotidien quand on vit dans un bateau qui est chambre, salon, cuisine, véhicule et atelier de mécanique à la fois !

Po-ly-tech

Entre deux rendez-vous, nous en profitons pour préparer le bateau pour le canal : on enlève les voiles, les bômes, on descend l’éolienne (qui sinon risque de ne pas passer sous les ponts). Et oui, c’est parti pour quelques semaines de navigation 100% moteur !

Pliage voiles

On dépose le mât d’artimon en utilisant le grand mât. Avec un grand poteau sur le pont, sans haubans pour nous tenir, nous commençons à perdre nos repères ! Non seulement il manque des points d’accroche, mais en plus on se prend le mât dans la tête dès qu’on sort de la cabine !

Dépose Artimon

Le début du canal n’est pas à Palavas, et il nous reste quand même le mât principal à déposer. Nous partons pour Sète le 8 Octobre,  très tôt le matin car il faut arriver là-bas avant 9h30, heure d’ouverture des ponts levants. Il y a environ 12 milles.

Il y a 25 nœuds de vent contre nous, et Brutus peine à nous faire avancer plus vite que 3 nœuds. A ce rythme, nous ne serons jamais à l’heure à Sète ! Mais nous avons plus d’un tour dans notre sac (à voiles), et nous gréons le foc sur la drisse de spi, et nous voilà propulsés à presque 5 nœuds !

Palavas-Sète

En véritables as du timing, nous arrivons devant le pont à 9h28. Nous passons les 5 ponts levants, et nous voilà dans l’étang de Thau, à la recherche d’un chantier qui veut bien nous démâter dans la journée. Nous accostons à un ponton au début de l’étang, et y trouvons un voilier fraîchement démâté, Courlevent, qui s’apprête à prendre le canal du Midi.

Olivier et Aurélie, après avoir navigué jusqu’aux Baléares cet été, vont hiverner à Toulouse. Ils ont des problèmes de moteur, et au bout de quelques minutes, Adrien est déjà plongé dans leur cale pour bricoler !

Il nous indiquent un chantier équipé d’une grue, et nous nous y rendons à pied, après avoir fait une escale à la boulangerie pour goûter quelques fameuses tielles sétoises! Romain, le gérant du chantier, nous donne même des madriers pour poser les mâts, ce qui nous évitera de les prendre dans la tête toute la journée !

20151008_191626

Nous partons le lendemain matin, en compagnie de Courlevent, les bateaux carrément à couple pour traverser l’étang. C’est plus pratique pour discuter, et nos bateaux se complètent : nous avons un moteur plus puissant, ils ont un pilote automatique.

20151009_111543

Nous entrons dans le Canal à midi, le 9 octobre. (je m’auto-décerne une médaille pour ce superbe jeu de mots)

C’est maintenant que les choses sérieuses commencent. Car cette étape, que l’on imagine consacrée au farniente et à l’apéro, la navigation étant sans risques, est en fait une des plus incertaines du voyage. Outre les problèmes moteur, dont on commence à avoir l’habitude, il y a le tirant d’eau. En effet, le bon Pierre-Paul Riquet (1609-1680), concepteur du canal, l’a fait construire profond de 1m60, mais en trois siècles et quelque, le canal s’est quelque peu envasé. Il est aujourd’hui garanti pour des bateaux de 1m40, voire 1m20 de tirant d’eau. Nous tirons environ 1m55 (en fait, on est pas tous d’accord, c’est une moyenne). Voilà le problème.

Nous avons connaissance de ce problème depuis le début, et nous avons imaginé de nombreuses solutions (n’oubliez pas que les 3 membres d’équipage ont fait des études d’architecture navale). Alléger le bateau? Pourquoi pas, mais pour gagner 10cm de tirant d’eau, il faut alléger… d’une tonne ! Pas facile. Une solution envisagée est de percuter un radeau gonflable sous la quille, afin de faire une sorte de « bouée » au bateau. Nous avons aussi pensé un instant à récupérer des milliers de bouteilles en plastique pour constituer cette bouée, bref, on ne manque pas d’idées!

Finalement, ça a l’air de passer, en profondeur et aussi en hauteur.

ça passe ou pas

Rapidement, nous commençons à compter le nombre de fois où nous avons touché le fond du canal. A votre avis, combien? Faites vos jeux, réponse à la fin de l’article ! Nous faisons bien attention de rester au milieu du canal, et gardons un œil attentif sur le sondeur.

Arrivés à la première écluse, il semblerait que ça passe. Nous posons la question à l’éclusier, qui nous dit en substance que si nous sommes arrivés ici, nous arriverons à Toulouse. Rassurant, mais ils n’auront pas tous le même discours.

20151009_134453

La vie sur le canal est rythmée par les écluses. Leurs horaires de fonctionnement imposent des horaires de navigation pépère (9h-12h30, 13h30-18h), et les manœuvres se succèdent, à raison d’une dizaine par jour en moyenne.

matin

Il est agréable de naviguer avec nos amis de Courlevent. Quand le canal est assez large, nous naviguons côte à côte, et le soir venu, nous nous amarrons à eux (avec leur 80cm de tirant d’eau, ils peuvent s’approcher de la berge. Pas nous.). Ils nous aident à nous déséchouer, et nous les remorquons quand leur moteur est en surchauffe. Nous nous complétons bien !

20151009_170801

Karu & Courlevent

à couple à trèbes

La navigation sur le canal n’a rien à voir avec la navigation en mer. Nous sommes à l’intérieur du paysage, et nous le voyons défiler beaucoup plus vite qu’au large. Pourtant, notre vitesse n’est que de 8 km/h (oui, sur le canal, on oublie un instant les nœuds et les milles, et on reparle en terrien). Nous passons au cœur des villes, ou plutôt des villages, et croisons nombre de touristes allemands à la barre de leur petite péniche de location. Ils nous font parfois un peu peur, en donnant l’impression qu’ils ne maîtrisent pas tout à fait leur embarcation…

Les infrastructures d’accueil des navigateurs étant assez sommaires sur le canal, nous profiterons d’une halte à Béziers pour prendre une douche sur le quai, la dernière avant Toulouse.

On frotte à Béziers

Les biefs (portion de canal entre deux écluses) s’enchaînent, certains plus profonds que d’autres, et avec parfois des variations de niveau soudaines dues aux écluses. A Carcassonne, l’équipage de Courlevent s’arrête quelques jours, tandis que nous continuons. Nous retrouvons peu après Caro et Ludo, des amis qui aiment le bateau « mais quand ça bouge pas trop ». Le canal est donc l’occasion de passer du temps à naviguer avec eux sans qu’ils craignent le mal de mer.

Equipage au col de Naurouze

Ecluse montante

Nous nous échouons à quelques mètres de la ligne de partage des eaux, au col de Naurouze, point le plus haut du canal (190m au-dessus du niveau de la mer, quand même). Olivier et Léo sont obligés de descendre à terre avec des amarres pour aider le moteur. Quelques minutes plus tard, c’est reparti ! Nous nous arrêtons pour la nuit non loin de l’Obélisque de Riquet, monument à la gloire du concepteur du canal.

Les véritables ennuis commencent le lendemain. Le premier bief descendant vers Toulouse est très encombré, nous raclons quasiment continuellement le fond. Après avoir passé l’écluse de Montgiscard, nous nous heurtons à un gros, très gros banc de vase (les éclusiers appellent ça un « toc »), qui nous bloque totalement.

Nous descendons avec des amarres, pour aider le moteur, mais rien à faire, le bateau est planté. Nous tirons comme des ânes depuis le pont situé quelques mètres devant, ça ne bouge pas.

hâlez matelots

Olivier part en annexe pour sonder le fond en avant du bateau. Le toc fait au moins 25m de long, et c’est toute la largeur du canal qui est encombrée.

Olivier Sonde

Nous nous en tirerons à la nuit tombante, au bout de deux heures d’efforts, en faisant bouger le bateau pour creuser la vase, puis en combinant l’ancre (portée en avant avec l’annexe et ramenée au treuil), trois personnes à tirer à terre, et le moteur à fond. Grâce à cette technique, nous avançons de 5m en 5m, et arrivons petit à petit à passer le toc.

Nous décidons de continuer jusqu’à la fin du bief, avec Ludo, Olivier et Léo marchant sur le chemin de halage avec des amarres au cas où un nouveau toc se présente. Sept kilomètres de marche nocturne, à la frontale sur un chemin parsemé de branches et de trous, à jouer les éclaireurs pour le bateau !

Le lendemain, c’est le moteur qui refuse de démarrer. Déjà la veille, le démarrage a été difficile, mais ce matin, rien à faire. Il a été beaucoup sollicité depuis une semaine, et n’a pas l’air d’aimer ça… En plus, il fait de plus en plus froid le matin, ce qui n’aide pas. Nous passons l’écluse « à la main », et après quelques dernières tentatives, nous nous résignons à avancer jusqu’à l’écluse suivante en halant le bateau, en quête d’électricité pour recharger les batteries usées par les démarrages.

Halage

A cette écluse (la dernière avant Toulouse), nous rencontrons Blaise, qui travaille au restaurant en face, et habite sur sa péniche un peu plus loin. Il nous prête gentiment de l’électricité. Cependant, le moteur refuse toujours de démarrer. C’est parti pour un démontage des culasses ! Blaise nous indique un garage associatif un peu plus loin, qui peut nous prêter les outils dont nous avons besoin. Il s’avère que ce sont aussi des spécialistes en huile de friture : Roule Ma Frite 31. Nous partons donc en quête d’outils et de conseils, plus que 5 km à tirer le bateau !

Heureusement, il fait beau, et une fois lancé, le bateau glisse tout seul. Les mécanos de Roule Ma Frite nous conseillent d’arrêter l’huile : notre vieux moteur, dépourvu de préchauffage, serait incapable de bien brûler l’huile, ce qui expliquerait nos problèmes d’encrassage réguliers.

Le moteur accepte de repartir en fin d’après-midi. Nous arrivons dans la ville rose de nuit, et nous amarrons au Port-Saint-Sauveur. Drôle de sensation que d’être en bateau en plein centre-ville !

Port saint Sauveur

Le lendemain, démontage du moteur, jusqu’aux pistons ! Gwen, notre mécano à distance, nous guide, et nous trouvons la cause de la panne : les segments, ces joints métalliques qui font l’étanchéité entre le piston et le cylindre, sont usés. Pas d’étanchéité, pas de compression, pas de compression, pas d’explosion, pas d’explosion, moteur pas marcher.

El piston

Adrien part chercher de nouveaux segments, et le reste de l’équipage fait du tourisme culinaire : Aligot et saucisse de Toulouse !

Nous visitons Artilect, le fablab de Toulouse, le premier fablab français, et aussi le plus grand : 700m² de locaux, mais surtout 1000 adhérents!!! Ils adorent notre récit, et proposent de nous aider à perfectionner un de nos prototypes mis au point sur le canal : l’ApéroWinch, porte-gobelets universel pour tous les voileux, doté d’une embase imprimée 3D qui s’emboîte sur les winchs, et d’un plateau en bois gravé à la découpe laser.

ApéroWinch - Artilect

Après 10 jours de blocage à Toulouse (attendre les segments, les recevoir, c’est pas le bon modèle, on recommence, …), nous pouvons enfin repartir le 26 Octobre, direction Bordeaux et l’Atlantique ! L’équipage change, Caro, Ludo et Léo rentrent dans leurs pénates, et Cassandre fait son retour. La partie de canal de Toulouse à Bordeaux devrait être plus facile, elle est garantie pour 1m60 de tirant d’eau…

A ce propos, entre Sète et Toulouse, soit 230km, nous avons touché (environ) 250 fois. Pas mal, non?

Bonifacio-Palavas les flots : Karukera rentre au bercail !

Etrange sensation que de rentrer en terrain connu. Une sensation de confort prend place à bord : on connaît certains endroits où l’on passe, on retrouve des amis, on prend des douches plusieurs fois par semaine. Après quelques mois d’aventure le picotement de l’inconnu est remplacé par celui de l’automne : le combat contre la chaleur est fini : Winter is coming. Il faut arriver plus tôt au mouillage pour savoir où planter la pioche, on ressort les couvertures, les écharpes, les bonnets. On retrouve les plaisirs des diners dans le carré, on apprécie quand le soleil nous chauffe la peau aux heures de midi.

Si les grandes chaleurs sont finies, on ne peut en dire autant de la saison : les touristes qui peuvent éviter le rush de juillet-août sont bien là ! Bonifacio est encore pleine de vacanciers, mais déjà le prix du port est passé en catégorie mi-saison. On retrouve des tarifs normaux avec des services plaisants : douches et toilettes sont à 150m du bateau. Facile. Mais l’escale n’est qu’un bref arrêt : un coup de vent doit passer sur les bouches de Bonifacio et mieux vaut ne pas tarder ! Pendant quelques jours, c’est du près qui est prévu, dans des conditions tout de même musclées : 25 nœuds de vent, et une mer agitée. Heureusement, il y a sur notre chemin de jolies criques et des mouillages protégés. On savoure pour la dernière fois les eaux turquoises et le sable fin, et on profite des températures douces pour aller marcher en montagne.

roccapina olivier

roccapina cassandre

A Ajaccio, nous avons rendez-vous avec le jeune et premier fablab de Corse (http://fablabajaccio.com/), et nous sommes impressionnés par le travail que Marylin Richard a réussi à faire en seulement trois mois. Le fab est abrité dans les locaux du Crédit Agricole Corse, et bénéficie d’une grande superficie. Son avenir est prometteur, on a hâte de voir la suite !

fablab ajaccio

On doit profiter de notre escale à Ajaccio pour faire une rotation d’équipage, et on y passe donc tout un week-end. Pour éviter de payer le port – ce qui devient obligatoire compte tenu de la trésorerie du Lab-REV- nous jetons la pioche à proximité du rivage. Si la première se passe bien, c’est au cours de la seconde journée que cela se complique : le vent monte rapidement. On se hâte pour retourner au bateau, et au moment de monter sur l’annexe, on voit Karukera chasser ! Il fonce malheureusement vers un petit voilier, mais passe à côté de justesse. On monte à bord, démarrons le moteur, mais notre ancre est bloquée dans sa chaîne. Malgré plusieurs tentatives pour la dégager, celle-ci ne vient pas. Le vent monte encore d’un cran, et le cortège formé par les deux bateaux se met alors à chasser. Et nous nous dirigeons vers un troisième voilier, plus gros, qui est sous le vent. Pris en tenaille entre les deux, nous n’avons d’autre choix que de lâcher le mouillage au fond de l’eau ! Il y a 18m de fond : ça va être difficile de revenir la chercher. Mais heureusement notre partenaire Croisiera (http://www.croisiera.com/) a son camp de base à Ajaccio, et ils disposent de bouteilles de plongée. Stephen ira démêler les 3 mouillages au fond de l’eau, et découvrira un sacré sac de nœuds ! Les chaînes sont bloquées sur une épave qui trainait, mais nous réussissons à récupérer notre mouillage malgré tout. Merci Croisiera ! Nous essayons d’alerter le propriétaire du bateau, mais les administrations que nous contactons ne semblent pas s’en préoccuper. Nous laissons donc les deux bateaux côte à côte et repartons le lendemain d’Ajaccio.

ca chasse à ajaccio

Dominique, le père d’Olivier succède à Cassandre qui débarque après 3 mois à bord. Un petit renfort est bien apprécié alors que nous nous apprêtons à traverser vers le continent. On commence par une petite étape vers les îles Sanguinaires à la sortie de la baie d’Ajaccio.

bienvenue dominique

Le lendemain nous profitons d’un vent favorable pour foncer vers la Girolatta, un mouillage très bien protégé : un coup de vent doit passer et il faut nous abriter. Nous y resterons bloqués durant 48h, et repartirons directement en direction d’Antibes dès que la houle se sera calmée.

Le début de la traversée est prometteur : nous filons 5,5 nœuds au près, quasiment en route directe. Comme prévu le vent se met à tourner, et nous virons de bord. Mais ce vent trop faible ne nous permettra pas de bien avancer face au courant résiduel qui s’est mis en place pendant le coup de tabac des jours passés. Nous démarrons le moteur vers minuit, résignés. A l’aurore la mer s’est calmée, le vent a disparu, et nous croisons divers cétacés. Des dauphins viennent jouer autour du bateau, et nous pensons apercevoir une baleine au loin. Mais c’est quelques heures plus tard que nous ferons une rencontre impressionnante : on aperçoit une baleine 500m dans notre axe qui fait surface, et alors que nous passons à 50m sur le côté, celle-ci ne semble pas s’effaroucher. On coupe le moteur et durant un quart d’heure nous la verrons respirer et se prélasser doucement en surface ! Nous ne sommes qu’à 50km des côtes, et le spectacle est incroyable ! Nous arrivons sans encombre à Antibes, le vent nous permettra même de faire une petite heure sous spi !

baleine en zone pelagos

20150925_173837

Cette escale est un lieu de rencontre privilégié puisque nous sommes attendus par le Navlab (http://navlab.avitys.com/) , premier fablab nautique. Bruno Messin son fondateur était venu jusqu’en Bretagne nous filer un coup de main sur le chantier l’hiver dernier, c’est donc avec plaisir que nous le retrouvons dans le Sud. Le Navlab est implanté en centre-ville d’Antibes, et comme à notre habitude nous allons visiter ses locaux, avant d’inviter les membres de la communauté à visiter Karukera. Disposant d’un atelier avec les machines classiques de fabrication numérique, de deux salles de coworking, d’une salle de réunion et d’une terrasse, le Navlab a la particularité de ne pas être un open-space, modèle habituellement utilisé par les fablabs. Cela permet aux coworkeurs de ne pas entendre les bruits de Dremmel ! Pratique.

20150926_190511

Nous rencontrons par la suite l’homme qui traduit notre blog en italien depuis le début du voyage : Paolo ! Quel plaisir de rencontrer en vrai quelqu’un avec qui nous n’avons échangé que par internet. En plus de faire nos traductions, il nous apporte bon nombre de conseils utiles sur la marche à suivre pour prendre le canal du midi. Etant un moniteur aux Glénans sur la base des Onglous, il connaît bien la navigation dans cette zone. Il en profitera pour nous prêter une carte du canal du midi, ainsi qu’un petit GPS, qui fonctionne depuis à merveille sur notre centrale de navigation. Merci Paolo !

rencontre Paolo Zazio

Au départ d’Antibes, nous ne sommes plus que deux à bord (Olivier et Adrien) : Dominique est reparti, et nous devons rallier Palavas les flots tous les deux. Présents à bord depuis le début du projet, l’équipage est bien rodé et la navigation ne nous pose pas de soucis. La première étape est fastidieuse : nous ne naviguerons qu’au moteur jusqu’à la baie d’Agay, où nous mouillons devant un camp Pierre & Vacances. Nous avons pratiqué des mouillages plus sauvages, mais l’endroit est abrité, on ne se plaint pas.

C’est le lendemain  que nous sommes chanceux : la météo est parfaite, et on navigue au travers puis au portant ! Nous passons en plein milieu d’une des régates de Saint Tropez, et c’est plaisant de revoir des bateaux naviguer à la voile !

voiles de saint tropez

La brise établie nous permet d’avaler 50 miles nautiques dans la journée, et le soir c’est à Porquerolles que nous relâchons. Et au bon moment, car les nuages qui nous ont permis d’assister à un coucher de soleil magnifique, viendront lâcher une pluie battante sur l’île.

spi arrivée proquerolles

Alors que nous devons rallier Marseille dans la journée, nous sommes pris par le doute au petit matin : le vent est tout de même très fort, et atteint 50 nœuds en rafale dans le port. S’il doit forcir sur Porquerolles dans la journée, il doit se calmer à mesure que nous allons vers l’ouest. C’est la manœuvre de port qui n’est pas évidente, à deux au milieu des rafales. Mais on s’en sort bien, et dès la sortie du port, c’est parti pour la glisse ! Avec un cinquième de la surface du génois déroulé à l’avant, nous filons à 6 nœuds et quelques. Les conditions musclées nous empêchent de prendre des photos, la mer est courte, les rafales violentes, mais nous sommes impressionnés par le comportement marin de Karukera qui une fois de plus se sort très bien de ces conditions fortes. Nous dévalons les crêtes d’écume à proximité des calanques de Marseille, et les surfs intenses sont magiques alors que nous voyons apparaitre la cité Phocéenne au milieu des îles calcaires !

calanques à grande vitesse

A Marseille, nous devons rencontrer David Ben Haim, un des cofondateurs de la Charbonnerie, un futur fablab marseillais. Marin et ingénieur, nous avions déjà échangé avec lui autour de l’hydrogénérateur et la centrale de navigation. On aborde de nombreuses pistes d’améliorations possibles pour nos prototypes, et lui n’a pas tardé : il a déjà reproduit la centrale de navigation avec les données open-source disponibles sur notre Wiki (http://wiki.lab-rev.org). Nous visiterons ensuite la Charbonnerie (http://www.lacharbonnerie.com/), encore en travaux, qui deviendra un atelier participatif communautaire. Le lieu compte déjà un espace de coworking opérationnel qui fait sens : 5 amis ont besoin d’un bureau, et s’associent pour partager un lieu de travail. Puisqu’ils ont besoin de machines typiques à leurs travaux autant les partager ! Le lieu dispose donc de machines à commandes numériques, mais avant tout des machines de fabrication classiques : il s’agit d’un atelier en centre-ville où vous pouvez fabriquer, bidouiller, rencontrer ! On a hâte de voir à quoi le lieu ressemblera quand il ouvrira, et on affiche pour l’instant aucune image pour laisser place à votre imagination !

LaCharbonnerie_logo

Après un avitaillement nécessaire, nous quittons Marseille dans une bonne pétole bien en place. L’anémomètre indique 5 nœuds de vent : celui créé par notre  vitesse au moteur. Puisqu’il s’agît d’une de nos dernières étapes en Méditerranée, celle-ci nous laisse un bon souvenir de ces conditions de navigation trop souvent rencontrées ! Le dernier mouillage que nous ferons sera probablement le pire (et nous espérons qu’il le restera) des 6 mois de navigations : devant Fos-sur-mer, une anse protégée entre cargos et terminaux pétroliers marque notre entrée dans le territoire des moustiques ! Heureusement qu’il fait déjà froid car ils sont partout, et nous nous cloitrons à l’intérieur.

mouillage petit rhone

Le lendemain, on se lève, et c’est 45miles que nous devons faire au moteur pour rallier Palavas. Heureusement un peu de vent vient améliorer notre vitesse au moteur, car la brume matinale n’est pas que dans nos yeux mal réveillés. Les moustiques ont eu raison de notre sommeil, et nous fonctionnerons en quart quasiment toute la journée pour rattraper les heures perdues. C’est important car nous retrouvons le soir des amis que nous n’avons pas vus depuis quelques temps, et un peu d’ambiance festive va nous faire du bien ! On trouve tout de même l’énergie de faire le dernier prélèvement de plancton méditerranéen, et Eole, comme pour nous faire un cadeau, vient souffler une petite heure pour que nous envoyions le spi jusqu’à l’arrivée !

20151002_161556